Accueil  >>  Un peu d'histoire de l'art  >>  L’impressionnisme

L’impressionnisme

   Un peu d'histoire de l'art  Commentaires fermés sur L’impressionnisme

L’impressionnisme, définition

L’impressionnisme est un courant qui oppose un réalisme fidèle aux disciplines scientifiques, un réalisme analysé et contrôlé par des méthodes optiques sûres, un réalisme qui ne craint pas rompant avec l’usage de paraître faux, pourvu qu’il soit logiquement déduit de principes exactes. Si l’optique prouve qu’une ombre est bleue, alors que le bon sens dit qu’elle est grise, l’impressionniste optera pour la 1er solution pendant que le public s’accrochera à la seconde. Il est significatif qu’un Claude Monet ai été traité de fou en 1874, pour son tableau intitulé : « Impression soleil levant ». Monet posait sur sa toile des couleurs pures.
L’histoire de l’impressionnisme est d’abord celle d’un groupe de peintres qui entre 1874 et 1886 ont entrepris d’exposer leurs œuvres ailleurs qu’au salon officiel. C’est aussi l ‘histoire d’une certaine manière de peindre dont on trouve les premières intentions bien avant la formation de ce groupe.

Mais En quoi consistait cette manière de peindre ?

Dans le sens général que lui donne le mot même d’Impressionnisme, c’est la forme par laquelle est exprimée une impression.
En cela l’on doit comprendre qu’il existe une différence entre tout spectacle de la nature de l’impression que nous en ressentons et que cette impression n’est pas ressentie par tous de la même manière.
Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille, Pissarro, Berthe Morisot, tous à part Renoir ont été des paysagistes. Ce qui frappe dans leur peinture, ce qui leur est en commun à tous, c’est d’abord une prédilection pour les couleurs claires, c’est la vivacité de ces couleurs et leurs diversités.

L’impressionisme en résumé

Ils s’en différencient également par la façon dont sont posées les touches de peinture sur la toile, touches un peu allongées ou en forme de virgule, sans que le peintre ait eu souci, dirait-on de respecter la forme de l’objet, dont nul dessin précis ne vient d’ailleurs fixer le contour. Elles semblent obéir à un mouvement rapide de la main, laissant le pinceau libre de leur donner ou non de l’épaisseur. Et le plus souvent, plusieurs tons différents, qui auraient pu être mélangés sur la palette, se trouvent posées les uns à côtés des autres formant surtout lorsqu’il s’agit de paysages ensoleillés et reflétés sur la surface de l’eau.
Les Impressionnistes ont toujours été séduits par les rivières, les étangs, l’eau des ports…
Enfin, les ombres elles même sont colorées et faites de plusieurs couleurs juxtaposées. C’étaient des peintres attirés par instantanéité. Ils peignaient les instant éphémères… Au demeurant , d’autres et de moins lointains précurseurs de Frans Hals offraient aux peintres, dans la première moitié du 19em siècle, des paysages anglais, notamment : John Constable et William Turner.

« les sens déforment, mais l’esprit forme » Paul Cézanne.

« J’ai décidé de partager avec vous ces quelques notes simples et résumées, pour simplifier la compréhension de certains mouvements artistiques, de découvrir et de retenir certains noms fondamentaux ou de ceux qui ont le plus marqué la période dont je parle. Laissez-moi un commentaire si vous trouvez que j’ai manqué un détail ou autre. Mais vous pouvez aussi me laisser un commentaire pour me donner votre appréciation, ça me fera très plaisir!. A bientôt pour un autre résumé d’H.Art. »

(Visité 898 fois, 1 visits today)
Les commentaires sont fermés.