Accueil  >>  Le saviez-vous?  >>  Comment apprendre à bien dessiner sans n’avoir jamais pris de cours!

Comment apprendre à bien dessiner sans n’avoir jamais pris de cours!

   Le saviez-vous?  Commentaires fermés sur Comment apprendre à bien dessiner sans n’avoir jamais pris de cours!

Comment apprendre à bien dessiner sans n’avoir jamais pris de cours!

Comment bien dessiner sans expérience

Comment apprendre à bien dessiner sans aucune expérience

Comment apprendre à bien dessiner sans n’avoir jamais pris de cours, ni tenu un crayon ?. Apprendre à bien dessiner et surtout à progresser rapidement en dessin sans y passer des heures et des heures sur votre bloc de feuilles de dessin, pensez-vous que c’est possible ? Hé bien oui !, c’est possible !, mais d’abord, sachez qu’il faut savoir comment s’y prendre.

C’est donc ce que je vais vous expliquer aujourd’hui avec une petite anecdote sur mon expérience personnelle.
Ayant acquis une expérience de plus de 25 ans, je pense être capable de connaître et de comprendre le niveaux de difficulté que l’on peut rencontrer face à cette matière.




Quand j’étais plus jeune et même après la naissance de mes deux enfants, j’ai toujours été active dans ma passion malgré le fait que cela ne me permettait pas d’en vivre!
Je peignai en moyenne 4 heures par jour (ainsi que pendant la nuit, ce qui est à déconseiller, lol). J’étais très passionnée. je peignais sans compter les heures et sans me soucier de ce que j’allais faire de ces œuvres. Mais cela devenait une nécessité pour moi, ça me rapportait une certain satisfaction et déconnexion avec mon quotidien.

Cette passion occupait une grande partie dans ma vie et m’avait aidé à surmonter certaines épreuves que j’ai cité dans ma biographie.

Ma passion pour le dessin et pour la peinture m’ont plus tard facilité la pratique de certains logiciels de PAO, une de mes grandes passions depuis toujours. Grâce à la passion du dessin et de la peinture, ma sélection aux études de web design a été  immédiate malgré la centaine de candidats présents ce jour là, et malgré aussi la réticence de deux profs du jury (convaincus qu’étant maman de deux enfants j’allais m’absenter plus que les autres, ce qui n’a pas été le cas!. Et ils s’en sont excusés après).
Juste pour vous dire que cette matière ne vous ouvre pas qu’un seul champ d’orientation dans le futur!.

Mais comment suis-je arrivée à ce niveau de maitrise du dessin ?

Je n’ai jamais eu la chance d’avoir un professeur très appliqué dans sa pédagogie pour me faire comprendre certaines techniques du dessin ou de la peinture avec plus de finesse. Je devais donc compter sur moi et sur ma volonté de m’améliorer, si je voulais en faire un métier ou juste devenir une vraie artiste. Et quand je dis vraie artiste, cela veut dire : complète!. Car je ne me permettrai pas de me revendiquer artiste si je ne maitrisais pas bien la peinture et surtout le dessin!. Pour moi un vrai artiste doit être bon dans ces deux matières!. Le titre d’artiste doit se mériter!, surtout dans ce domaine.

Mais pour être un bon dessinateur, ou une bonne dessinatrice, il faut de bon outils! Et avoir bonne maitrise du dessin!.
Pour cela il faut de la pratique effectivement mais aussi de la passion, des encouragements et un minimum d’amour pour cette matière.

Mais revenons à la suite de cet article :

*Le cerveau est un organe extraordinaire, un vrai disque dur qui s’améliore au fur et à mesure de son entretient.*

Comment apprendre à bien dessiner sans aucune expérience ?

J’ai vécu quelques années difficiles dans ma vie, dont celle où j’ai du faire face à la solitude de mener à bien et d’élever mes enfants seule. C’était la période où l’autisme de mon enfant était envahissant, où je n’avais nul le choix que de laisser tomber mes projets d’expos et de mettre ma carrière artistique au placard dans l’espoir de voir un jour évoluer mon fils, et de reprendre mon activité plus tard. Il fallait faire un sacrifice! et la vie et l’évolution de mon fils dépendaient de ce choix, de ma volonté. En tout cas, c’est ce que je ressentais.

Je n’avais donc pas pris un crayon depuis de longue périodes, il en va de même pour la peinture.

Le temps passait, mon entêtement avec l’autisme de mon fils a fini par payer. Il évoluait petit à petit et ma lueur d’espoir grandissait au fur et à mesure du temps.

Un bon jour, J’ai décidé de reprendre mon matériel de peinture, car je sentais au fond de moi que j’en avais vraiment besoin et que mon moral en dépendait. Je n’oublierai jamais cette lourde période où j’ai frôlé la dépression grâce à cet art.

Quand je me suis remise à dessiner, les premiers instants on été pour moi une épreuve. J’avais quelques doutes, je pensais que j’avais tout oublié. Comme on dit dans le jargon artistique : je pensais avoir “perdu la main”. C’est ce que j’avais souvent entendu. C’est une expression utilisée pour dire qu’en manquant de pratique, on perd la maitrise. Hé bien bizarrement je ne l’ai pas vécue comme ça. A mon fort étonnement je me suis vite rattrapée, ma maitrise du crayon et de la peinture sont revenues spontanément après cette longue période d’inactivité. Comment ai-je pu vite rattraper ce retard et de nouveau progresser après un si long arrêt ?!.
J’avais retrouvé ce coup du crayon, la qualité du trait… J’ai constaté que « perdre la main » n’était qu’une expression pour peut être prévenir qu’il faut rester dans le rythme. Non, cela ne se perd en réalité! jamais ! Car au bout de quelques minutes de pratiques, d’échauffement en quelque sorte, j’ai fini par retrouver mon coup de crayon. Ce qui se perd en réalité dans le temps ce sont les capacités intellectuelles d’inspiration créative, de générer des idées et de les imaginer.

Et ça me fait énormément plaisir de partager mon savoir et d’échanger avec vous!

L’art du savoir expliquer : La pédagogie !

Parmi les professionnels de ce domaine: On trouve de bons dessinateurs mais qui ne sauraient pas vous expliquer le déroulement de leur travail, c’est à dire les étape de leur travail, que ça soit en dessin, ou en peinture. D’ailleurs, il est très difficile d’analyser son propre travail. Savoir expliquer les étapes de son travail en séquence didactique, pédagogique ou rien que verbale n’est pas à la portée de tous!

**Je me souviens quand j’étais au baccalauréat, j’avais assisté à l’exposition de mon professeur de dessin qui avait exposé avec quatre autres artistes aussi talentueux que lui. Quand j’ai demandé à mon prof et à un des artistes qui était présent avec lui, de m’expliquer comment il était arrivé à obtenir un tel rendu (d’après un détail de son œuvre). Ils m’ont tous les deux répondu la même chose :  « ha !, ça ! c’est avec de l’expérience ! il faut pratiquer ! encore et encore ! ». J’imagine bien que cela est frustrant certaines d’entendre cette réponse. Et très énervant aussi!.

Nous savons tous que l’artiste dévoile rarement ses techniques. On va dire que c’est son secret professionnel. Sa marque de fabrique. Oui, mais le secret est un fait, et si une personne est arrivée à progresser ce n’est pas par miracle ou par coup de hasard! Seulement rares sont ceux qui vont vous dévoiler leur petite technique ou vont se donner la peine de vous expliquer le cheminement en détail du comment ils en sont arrivés là. Et comment ils ont réussis à avoir cette maitrise! Quel naïve que j’étais !

Mais résumer la maitrise de la matière par cette simple phrase qu’il « faut pratiquer ! » c’est laisser dans l’esprit de l’interlocuteur un gros brouillard ne sachant pas par où commencer. Et de le mettre dans un contexte abstrait. En quelque sorte de le décourager indirectement!

Le mystère cognitif de notre cerveaux

Notre cerveau a besoin de savoir, de comprendre, sinon il reste sur une frustration de manque d’informations. Notre envie d’avancer est presque découragée par cette réplique et notre passion risque de tomber dans la mollesse si notre interprétation ou protection devient décourageante.

Ce qu’on ne nous dit pas, c’est que la pratique est une chose mais le moteur de ses fonctions est le cerveau !. Il faudra d’abord mettre le point sur l’apprentissage du cerveau pour comprendre pourquoi et comment notre cerveau apprend au fur et à mesure de la pratique.

J’en ai moi même fait l’expérience avec l’évolution de mon fils. Et vous savez que le niveau cognitif est diffèrent, mais peut évoluer ou au moins progresser.

Une pédagogie simple pour apprendre à dessiner

Quand j’ai commencé à expliquer certaines choses à mon fils, j’ai opté par la manière didactique : (picturale et verbale, mais surtout par la simplicité !). A partir du moment où l’explication est simple et progressive, le message est sûrement enregistré dans notre cerveau et je dirai même encré à jamais!.

Ceci pour vous dire (et vous conseiller) qu’il est important de savoir expliquer à une autre personne la matière que vous venez d’apprendre, le dessin que vous venez d’effectuer ou la notion que vous venez acquérir. Et c’est très formateur pour vous aussi!

Faites le test dès maintenant !.

apprendre à peindre(Et pour vous ajouter une autre petite anecdote que j’ai vécue il n’y a pas longtemps : j’ai eu dans un de mes ateliers de peinture cinq femmes qui n’avaient jamais touché à un pinceau. Au bout d’une semaine de cour, je vous assure qu’elle m’ont réalisé des œuvres magnifiques !. Pourtant deux d’entre elles étaient très frileuses par rapport à la matière et elles étaient persuadées qu’elles perdaient leur temps et qu’en finale elles ne réussiraient jamais à peindre ce que je leur avais demandé).
Hé bien leur toile encore maintenant suscite l’admiration de leurs proches et amis! Et elles en sont très fières!. Je suis contente d’avoir contribué à cette belle réussite.

Picasso conseillait que pour faire de l’art abstrait, il fallait oublier toutes les règles que l’on avait apprise. Provoquer la « perte de la main » en quelque sorte. Faîtes-le test de l’ignorance et vous verrez que votre cerveau ne vous suivra pas, car la connaissance et la maitrise de la matière surpasse la conscience du message de notre cerveau. C’est emmagasiné, encré à jamais !. Une fois que vous l’avez acquis, c’est fini !. C’est pour cela que je dis toujours à mes élèves qu’apprendre le dessin est une richesse pour soi, un acquis à vie!. On s’investit au début, ou investi, mais pour un ancrage permanent!.

Maintenant pour revenir de nouveau au sujet de l’article, voyons comment nous allons faire pour apprendre à bien dessiner si on n’a jamais touché à un crayon ?

 

Avoir le sens de l’observation

Une fois avoir pris conscience que notre cerveau joue un rôle important dans l’ancrage d’informations, passons à la deuxième étape : le sens de l’observation!.

Entrainer votre regard, votre observation à regarder l’objet, mais aussi du détail, de ce qui le contourne. Donner de l’information à votre cerveau. Le cerveau est un appareil photo redoutable si on sait s’en servir. Il en magazine des milliers d’images chaque minutes, quelques unes resteront dans notre mémoire consciente car nous avons fait un effort de concentration.

  • Soyez sensible au sujet que vous allez dessiner,
  • regardez-le avec attention,
  • contourner du regard sa forme, ses vides, oui, il y’ a un moyen très pratique de dessiner qui est de dessiner les vides, ça peut nous aider à mieux voir le sujet, surtout s’il est sous une forme de cadre d’enveloppe. Je vous parlerai de cette technique dans un autre article.
  • Faire des exercices de visualisation !
  • Regarder un objet et le contourner avec votre œil pour bien le mémoriser !

C’est ce qu’on appel le sens de l’observation

Soyez critique dans l’analyse de ce sujet, retenez les détails les plus frappants, puis passer aux détails les moins imposants.

Soyez rapide dans l’exécution de votre dessin, faites d’abord des croquis!.

Un conseil :

Ne dessinez jamais sur une surface à plat ! mais sur une surface légèrement inclinée pour ne pas avoir de surprise de déformation optique. Faites une multitude de traits pour arriver à vous approcher de la forme du sujet, vous verrez qu’au fur et à mesure de la pratique votre trait sera plus sûre et plus précis. Soyez donc confiant et osez libérer votre gestuel, plus vos traits seront nuancés, plus votre dessin fera plus artistique. Je sais qu’ un dessin au début suscite toujours des doutes ou ne nous plait pas forcément au début, mais au plus vous persévérerez et vous continuerez jusqu’au bout, au plus vous constaterez qu’au fur et à mesure le sujet prendra plus d’esthétique et de ressemblance. Dessiner et répéter c’est ça la clé de la bonne maitrise du dessin. Et cela est pareil pour tous les autres domaines.
Alors courage ! et sachez que personne ne nait avec un crayon à la main !

Alors à vos crayons !

(Visité 1 071 fois, 1 visits today)
Les commentaires sont fermés.